Cycle 4 – Sonification – Jeudi 11 juin


LaBRI – Salle Hémicyclia

14h30-17h

> Musique moléculaire

Intervenants : Gregory Giannone et Armand Floréa

Il s’agit de concevoir et de développer deux logiciels d’aide à la sonification des mouvements des protéines. Ces logiciels comprendront une interface permettant d’associer des paramètres sonores et musicaux aux paramètres de mouvements des protéines et d’appliquer la sonification sur un enregistrement pour en écouter le résultat musical.


> Le chant des nanos

Intervenant : Clément Rossignol

Le travail proposé est de mettre en son des expériences d’acoustiques picoseconde (sonification). L’objectif est de convertir les signaux expérimentaux en nanoscience en sons audibles. A partir des sons, une œuvre musicale sera écrite et mise en lumière (synesthésie). L’intérêt recherché est multiple : artistique, médiation des sciences et lié à la recherche en nanosciences (volet science et SHS).


> Sonification des rythmes biologiques à partir d’objets connectés

Intervenant : Pierre-Henri Vuillard

Sonification des fréquences cérébrales par l’utilisation de casques d’électroencéphalographie « Emotiv » sur des smartphones.
Un exemple d’utilisation serait l’adaptation en temps quasi-réel du tempo d’une musique générée en ligne, au rythme cardiaque mesuré à partir d’une montre connectée.


> Coeur

Intervenant : François Dumeaux

À partir d’un ensemble d’enregistrements cardiaques de nourrissons et de fœtus, deux recherches parallèles seront abordées :
La première, de type scientifique, dont le but sera, par le biais de l’analyse systématique des données collectées, de tendre à l’amélioration du diagnostic cardiaque prénatal ; La seconde, artistique, concernera la composition d’une œuvre musicale originale, utilisant le même matériau de base, ainsi que l’utilisation, la réinterprétation et la transposition de données cliniques, médicales, personnelles et environnementales.


> Migale

Intervenant : Bug Solonium

Migale est une installation interactive qui permet d’explorer le jeu du mouvement physique de la lumière laser dans l’instant pour en composer une pièce sonore en live. Une toile de cellules photo-sensibles est accrochée sur la surface de projection pour former une installation volontairement visuelle sur l’écran. Lors de la performance luminocinétique de Bug , les formes laser diverses et complexes sont détectées et analysées en impacts lumineux, en puissance, en vitesse, en couleur et déplacement pour écrire le live sonore.

Les outils informatiques du SCRIME seront au cœur de ce projet associés aux compositeurs et de leurs différentes sensibilités. La finesse des systèmes informatiques sur l’analyse des variations lumineuses, associée à la création sonore de différents compositeurs invités est le challenge du projet. L’espace sonore pourra se décomposer en une surface directe sur l’écran (son directif) et un ensemble multi-points associés dans l’espace public. Plusieurs performances seront proposée pour une confrontation informatique et composition.