Cycle 2 – Vendredi 10 juin – Musique et données physiologiques


Pour ce second Cycle de l’édition 2016, le SCRIME reçoit Eduardo Miranda, professeur à l’université de Plymouth, directeur de la recherche en computer music.

Ce dernier s’intéresse avec son équipe de recherche, au développement de technologies d’interfaçage cerveau-ordinateur dédiées à la musique, destinée aux personne ayant des attentes particulières et pour la musicothérapie, en particulier pour les personnes avec un handicap physique sévère et qui ont relativement préservées leurs fonctions cognitives. Les lésions cérébrales importantes, les lésions médullaires et le syndrome d’enfermement résultent en de faibles et minimes mouvements voire en l’incapacité de se mouvoir, par conséquent cela empêche l’utilisation d’outils basés sur le geste. Ces groupes de patients sont pour l’instant, soit exclus du jeu et de la thérapie musical, soit contraint de s’engager de façon moins active, à travers des méthodes d’écoute/réception uniquement.

Ensuite, c’est Pierre-Henri Vulliard, artiste-chercheur associé au SCRIME qui présentera une conférence intitulée « Musique algorithmique : vers une rétroaction par système de classeur ». Il sera question : de musique générative avec le logiciel PureData ; de règles de réécriture des paramètres musicaux ; de sélection des règles par apprentissage par renforcement ; de création de nouvelles règles par algorithme génétique ; de data-mining sur une base de données musique/physiologie/émotions pour le contrôle du feedback ; d’acquisition des données physiologiques (coeur, respiration, ondes cérébrales) et émotionnelles via une application pour smartphone. Tout cela sera agrémenté d’exemples de projets pour l’acquisition de données et de démos musicales (streaming de musique générative en temps réel  + saxophone).

Enfin, Fabien Lotte, chercheur à l’INRIA spécialisé en interfaces cerveau-ordinateur présentera une conférence intitulée « Vers de nouvelles applications des technologies d’interfaces cerveau ordinateur : neuroergonomie et visualisation temps réel de l’activité cérébrale ».

Les interfaces cerveau ordinateur (ou BCI – de l’anglais brain-computer interfaces) permettent de traduire des signaux cérébraux en commandes pour une application. Ils peuvent par exemple permettre à des personnes paralysées de contrôler un fauteuil roulant ou une prothèse. Ces technologies BCI ont cependant de nombreuses autres applications potentielles.
Dans cette présentation, nous verrons comment elles peuvent permettre de mesurer des états mentaux tels que la charge mentale, l’attention ou le confort visuel dans les signaux cérébraux d’un utilisateur. Cette approche est particulièrement utile pour la neuroergonomie, c’est-à-dire pour l’estimation des qualités ergonomiques d’une interface homme-machine (IHM) grâce à la mesure des réponses cérébrales de l’utilisateur utilisant cette IHM. Nous verrons aussi comment cela permet de concevoir des outils pour visualiser en temps réel sa propre activité cérébrale et ses propres états mentaux, avec des applications pour l’éducation ou le bien être.