ANR OSSIA


Le projet s’est terminé fin octobre avec une version 0.3 d’i-score offrant beaucoup de possibilités nouvelles : des conditions, des boucles, une structuration hiérarchique, une interface consolidée. Sur le plan de la recherche, plusieurs modélisations ont été proposées qui donneront lieu à des implémentations ultérieures : réseau de Petri avec flots de données temporisés permettant d’intégrer les calculs audio, automates temporisés permettant vérification et intégration sur FPGA, partitions interactives réactives.

Dans le cadre du projet OSSIA (GMEA, Blue Yeti, Enjmin, RSF, LaBRI), nous souhaitons mettre en oeuvre et valider les résultats théoriques de la thèse de Mauricio Toro concernant les extensions du modèle des partitions interactives.

Ainsi, les contraintes logico-temporelles et la rétroaction sont développées en étroite collaboration avec les utilisateurs. Nous souhaitons aussi étudier l’aspect multijoueurs, qui implique une répartition de l’exécution du séquenceur sur plusieurs machines tout en préservant une bonne synchronisation. Cette configuration correspond mieux à la situation des régisseurs du spectacle vivant. Enfin, dans ce projet, nous confrontons aussi notre modèle avec ceux utilisés dans les jeux vidéos.
Au niveau de la recherche fondamentale, nous étudions un formalisme basé sur les langages réactifs pour décrire les partitions interactives de façon plus dynamique. En parallèle, nous étendons le modèle en ajoutant aux boîtes des entrées et des sorties pour faire transiter des flots de données (des sons notamment). Ce modèle est étudié au moyen de réseaux de petri qui sont la base actuelle de l’implémentation du logiciel i-score.